LES MONDES DE WILFRIED

Bravo les Jeunes de l’Ardepe !! Félicitations a Hugo, Bérangère, Eva ,Bastien ,Pierre et Elliott qui sont arrivés au bout de l’aventure et ont accompagné Wilfried tout au long de sa quête. Promis, pour récompenser votre perspicacité, ténacité vous aurez une récompense dès qu’on pourra se retrouver au bord du bassin ou de la gravière quand cette période sera plus clémente…

LES MONDES DE WILFRIED : Chapitre VII – Retour à la maison !

Alors qu’il se désespérait assis sur le sable, Wilfried vis soudain les lettres étranges se déplacer sur le mur et se transformer en lettres connues, puis former un mot !! C’était la clef …

Puis un prénom se forma sur le sable, puis un deuxième à sa suite… puis encore un plus loin comme un chemin lui indiquant la direction à suivre. Il se leva et suivi cette direction lisant les prénoms au fur et à mesure : Hugo, Bérengère, Pierre , Éva, Bastien, Elliot…..jusqu’au cercle de lumière formé par l’ouverture dans le plafond de la grotte. Une fois à l’intérieur, il se sentit aspiré et vit le sol s’éloigner de lui , la grotte devenir de plus en plus petite, il aperçut la plage ou il avait débarqué puis l’océan qu’il avait parcouru, il crut apercevoir l’épave de l’Elise reposant sur les fonds….

Il repensa à toutes les rencontres qu’il avait fait puis tout s’obscurcit et il s’évanouit.

Pour se réveiller assis dans l’herbe, son vélo posé à côté de lui, la lampe encore a la main, mais éteinte…

La nuit commençait  à se coucher, il fallait vite rentrer. Il enfourcha son vélo et, la tête pleines de souvenirs, pris rapidement le chemin de sa maison….avec un grand sourire sur le visage…

Lionel

LES MONDES DE WILFRIED : Chapitre VI – Cinquième Monde

200 mètres NO !!!! facile encore un peu de nage, plus Wilfried avançait plus l’eau devenais clair, le fond sablonneux remontait doucement indiquant que l’eau devenais de moins en moins profonde, d’un bleu profond la visibilité redevint très clair et les rayons du soleil réchauffait de nouveau la couche supérieure de l’océan.

Il finit de parcourir la distance prévue et découvrit avec joie l’entrée d’une grotte dans laquelle il rentra sans hésitation, il dut s’arrêter de nager il avait pied !!! il put se mettre debout enfin et apprécier la douceur du sable sous ses pieds.

Malgré la tristesse de ne plus être chez lui depuis quelques temps , qu’elle avait été belle cette aventure, que de surprises dans cette mer , que de choses a découvrir…son copain le mérou lui manquer déjà…

La grotte immense étais éclairée par un puits de lumière percé dans la voûte et dessinant un cercle sur le sol, les petites vaguelettes mourraient doucement sur la plage ou il avait débarqué, un peu fatiguer Wilfried aurait bien manger et bu quelque chose, le chemin avait été long et éprouvant.

Il s’avançât et commença à explorer l’endroit, éclairant la paroi rocheuse a la recherche de la sortie, ou d’une porte à ouvrir, il saisit un caillou et frappa les parois au fur et à mesure, peut être qu’une d’entre elles sonnerait creux …va savoir ???

Le rayon de sa lampe éclaira une plaque bizarre, tailler dans la roche, des signes avaient été gravés il y a des siècles certainement et des mots , enfin le but !!!!!  il avait le temps cette fois pour réfléchir un peu ,il étais au sec mais c’est vrai qu’il ne serait pas contre un peu d’aide quand même….

LES MONDES DE WILFRIED : Chapitre V – Quatrième Monde

Sitôt les 6 premières notes de musique placés dans l’ordre, le coffre s’ouvrit et Wilfried trouva immédiatement une carte étrange, certainement le chemin du retour , enfin !!! un au revoir au gros mérou qui l’avait aider, des brasses énergiques pour ressortir de l’épave, qu’il aurait bien voulu explorer un peu plus d’ailleurs… et retour dans le grand bleu, ouf un peu de lumière !

Un dernier coup d’œil à ce bateau devenu involontairement un refuge pour de nombreux poissons, un gros chapon posé paisiblement sur le pont avant, des bancs de castagnoles virevoltants entre les mats.

Et surtout des magnifiques gorgones accrochées partout et ondulants au grès du courant…quel spectacle !!

Mais il fallait retrouver sa route, le temps presse, Wilfried décida de remonter doucement pour étudier sa carte à la lumière. Il se laissa porter tout en s’amusant des petites bulles qui le suivaient lorsqu’il expirait, quel plaisir de remonter ainsi, d’admirer le jeu du soleil dans l’eau ! Il se laissa emmener par un léger courant, évita un banc de minuscules méduses chatoyantes bercées entre 2 eaux puis s’arrêta un peu avant la surface, difficile de rester en plein eau.

Wilfried pouvais enfin regarder la carte qu’il avait trouvé !

Quelle déception.. le dessin de l’épave d’où il venait !!! avec pleins de chiffres qui ne voulais rien dire.

Et un poème encore plus étrange, c’est avec cela qu’il devait comprendre ou aller !!!

Le découragement s’abattit sur le garçon…il n’y arriverait jamais !!!

Décryte la carte et explique lui quoi faire !!!!

Poème des pirates

« Nous étions 4 pirates embarqués sur l’ELISE,

Sur un récif dangereux nous avons fracassés,

Ne pleurez pas mes frères,

Ne soyez pas Amer mes frères lorsque votre regard

Va des cheminées abattues a la blessure de notre navire

Ou de la poupe a la proue de notre fier vaisseau »

LES MONDES DE WILFRIED : Chapitre IV – Troisième Monde

A peine Wilfried avait-il prononcé le vrai nom de cette algue si différente, qu’une boussole tomba à ses pieds, il n’en avait jamais utilisé, il en avait juste vu à la télé dans les films d’aventures quand des marins perdus cherchaient leur route à la découverte du monde.

Il décida de garder toujours l’aiguille dirigée vers le Nord pour suivre la même direction et, tout heureux d’avoir réussi ces épreuves, et sûr de pouvoir retrouver rapidement son chemin, il se remit à nager. Wilfried était un garçon intelligent il comprit qu’il devait garder l’instrument bien à plat dans sa main et de ne pas aller trop vite. L’aiguille étais trop sensible et pouvait varier beaucoup trop sinon…

En quelques minutes il parvint à l’utiliser correctement. Il nagea ainsi une dizaine de minutes, regardant de temps en temps autour de lui.

Bientôt une silhouette fantomatique se dessina devant ses yeux, il avança encore et découvris avec surprise l’immense épave d’un bateau échoué sur le fond. Une énorme balafre avait découpé tout le côté de son flanc. Sur le côté le nom du navire « ELISE ». Avec précaution il s’aventura dans l’ouverture de métal déchiré, il évita les bords avec prudence une blessure pouvait vite arriver…

Longeant une coursive, Wilfried aperçus une porte de cabine ouverte et curieux comme tous les enfants passa la tête à l’intérieur et….fis un énorme bond en arrière, un Mérou monstrueux le regardait, il devait bien faire 2 fois la taille de Wilfried , à côté de lui un coffre muni de 6 cadrans , tous gravés de notes de musique. Le mérou faisait des allers et retours du coffre à Wilfried et de Wilfried au coffre remuant les sédiments accumulés au sol. Wilfried eut l’impression de retrouver son chien Saint Bernard qui devait l’attendre chez lui. Si Wilfried ne réagissais pas très vite il ne verrait bientôt plus rien et ce n’est pas le petit faisceau lumineux de sa lampe qui l’aiderait beaucoup..

Il devait placer les 6 notes de musique des cadrans dans le bon ordre et vite !!  peut être les premières d’une partition ???

Lionel

LES MONDES DE WILFRIED : Chapitre III – Deuxième Monde

Ouf , les coquillages numérotés sont placés dans le bon ordre sur le mur, la barrière s’estompa devant Wilfried. Le garçon décida de se diriger un peu au large tout en descendant progressivement, il ne connaissait pas la mer, c’était un monde inconnu pour lui…

Un immense banc de barracudas aux dents pointus s’approcha de ce poisson bizarre qu’étais Wilfried,

Beaucoup de curiosité dans leurs yeux ronds mais aussi peut être l’envie de goûter à ce nouveau repas.

Wilfried préféra s’éloigner doucement et descendre un peu plus bas, bizarrement plus il descendait plus les couleurs disparaissaient et sa lampe de couleur orange devint presque bleu, quel monde étrange  !!!

Un immense piton lui permit enfin d’avoir un repère dans cette immensité, aucun moyen de se diriger, ce n’était pas comme sur la route chez lui ou on trouvait des panneaux pour s’orienter à chaque intersection !!!

Le garçon s’installa pour se reposer un peu et réfléchir, il lui fallait absolument trouver un moyen pour s’orienter, il s’assit juste à côté d’un drôle d’animal a 8 bras et à l’air furibond, semblant le menacer avec un bout de poterie, cela le fit rire!! L’animal était entouré de coquilles de coquillages vides, son repaire, il avait dérangé une pieuvre sans doute (il avait vu cet animal dans le livre 20 000 lieues sous la mer..).

Soudain, comme pour la première fois, une voix résonna dans sa tête.  « Regarde Wilfried tu vois ce champ d’algues…ce sont des posidonies, les plantes de cette mer, l’habitat de tous les êtres de ces fonds marins, mais regarde bien au centre !! vois-tu cette plante différente ?, verte fluo, elle nous envahit, empêche nos belles posidonies de se développer, on ne peut même pas la manger elle est toxique, elle n’est pas de notre mer, donnes-nous son vrai nom, si nous la connaissons nous pourrons peut être nous défendre contre elle et nous te donnerons l’objet que tu cherches et qui pourras t’aider… »

Peux-tu donner le vrai nom de cette algue à Wilfried ? pour qu’il gagne l’objet ?

Rappel : les réponses sont à envoyer à cette adresse  lionel.trambouze@estvideo.fr

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Bravo à Eva, Bastien, Hugo, Elliot, Bérangère et Pierre qui ont avancé sur le chapitre I. Les autres, qui n’ont pas encore eu le temps ou qui cherchent encore n’hésitez pas à continuer, avancer à votre rythme. Le vainqueur aura une belle surprise !!!!

Voici le chapitre II

LES MONDES DE WILFRIED : Chapitre II – Premier Monde

Wilfried hésite longtemps avant de se lancer, malgré l’ordre donné par le message, il doit faire preuve d’un grand courage avant de se décider.

Mais du haut de ses 10 ans il surmonte sa peur et s’avance dans l’océan. L’eau est tiède et les petites vagues lui fouettent gentiment les jambes, de l’eau jusqu’à la taille, il regarde l’horizon puis ferme les yeux et plonge la tête en avant dans l’eau cristalline !!

Et c’est la stupéfaction !!! Alors qu’il retient sa respiration et ouvre les yeux, il s’aperçoit qu’il peut respirer sans effort, que l’eau salée ne lui brule pas les yeux, il nage doucement , descend vers les fonds sableux baignés par la lumière du soleil.

Il glisse, contourne les ilots rocheux, traverse des bancs de saupes aux magnifiques lignes jaunes et reflets argents qui aussitôt dispersés se reforment derrière lui.

Il s’arrête et contemple des sars à tête noire qui picorent des minuscules crustacés dissimulés sur les rochers, appréciant l’eau qui glisse sur son corps et se sentiment de fluidité et de liberté , Wilfried dépasse une jeune murène aux points jaunes qui le regarde avec étonnement, semblant lui dire mais que fais-tu là toi ?

Puis c’est le choc il vient de se heurter à un mur invisible, au loin le grand large, mais il est à genoux sur le sable, pas d’issue pour franchir ce mur, il tâtonne et aperçoit soudain 4 emplacements étranges découpés dans le mur on pourrait peut-être y glisser quelque chose ?

Il scrute partout, fouilles, contourne les rochers et s’arrête devant un monticule de coquillages, chacun avec un chiffre gravé sur la coquille, il y a des 1, des 2 des zéros et tant d’autres…mais que faire avec ceci ?

S’arrêtant pour réfléchir il entend soudain une musique et les paroles d’une chanson étrange….qui résonne dans sa tête :

« Trouves ,Trouves Tatanka Iyotake «

« sur son cheval bai »

« Wanzi-Wanzi-Sakpe-Zaptan »

Aide-le à comprendre et à franchir le mur invisible

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

LES MONDES DE WILFRIED : Chapitre I

Bonjour à tous, début du jeu, bon courage !!!! Réfléchissez bien…

Wilfried est un garçon de 10 ans comme tous les autres enfants de son âge.

Travailleur à l’école, protégé par sa grande sœur, ses journées sont toujours ponctuées, une fois les devoirs vite finis, par des parties de foot entre copains ou des balades à vélo.

Jusqu’à ce fameux jour, rien de spécial ne lui était jamais arrivé.

Il fallut ce jeudi soir pour que sa vie bascule. 

Wilfried habitait dans un petit pavillon non loin d’une ferme, sa maman l’envoyait  régulièrement chercher 1 ou 2 litres de lait pour le bon fonctionnement de la cuisine du lendemain.

Ce soir là Wilfried, juché sur son vélo approchait de la ferme lorsqu’il remarqua au sol sur le bas-côté, une lampe ronde de couleur orange trainant dans un fossé.

Il s’arrêta, descendit de vélo et ramassa la lampe. Elle était équipée d’une petite cordelette que l’on pouvait passer au poignet, le verre était intact. Tout heureux de sa trouvaille, le garçon s’empressa d’actionner l’interrupteur…

La lampe s’alluma, se mit à clignoter et tout à coup la route disparut devant Wilfried. Les arbres s’éloignèrent et le monde entier se mit à tourner autour de lui, il eut l’impression de descendre, encore et encore, puis s’évanouit !!!

C’est le souffle du vent sur ses joues et les cris des mouettes qui le réveillèrent. Wilfried se leva et parcourut des yeux l’endroit où il venait de se retrouver, une plage parsemée de rochers couverts de goémons et de coquillages.

A sa gauche des falaises immenses infranchissables semblaient toucher les nuages, à sa droite un océan infini, rien d’autre et cette lampe étrange toujours accrochée à son poignet.

Des larmes commencèrent à couler sur ses joues, des sentiments de peur et d’incompréhension le submergèrent. 

Tout se bouscula dans sa tête. Où était-il ? Comment avait-il atterri à cet endroit ? Comment rentrer chez lui?

Wilfried commença à longer la plage en direction du soleil, sans eau, sans nourriture… que faire ?

Il avait à peine parcouru une centaine de mètres qu’il remarqua des signes étranges gravés dans un énorme rocher, arrivera-t-il à les déchiffrer ? Pourras-tu l’aider ?

MILKDB    AXKP   I  LZBXK  BQ   MLRSLFO   QR   XROXP

Rappel : les réponses sont à envoyer à cette adresse  lionel.trambouze@estvideo.fr

Lionel

LES MONDES DE WILFRIED : Préambule

Bonjour à tous, les grenouilles ; les sirènes et autres.

Le temps est long , le soleil brille et réchauffe tout doucement l’eau des gravières mais nous devons rester a la maison , pour surveiller nos parents.

L’école nous manque terriblement et la télé, la Play, la switch nous ennuient et restent dans un coin de la chambre à prendre la poussière !!!

C’est pourquoi je vous propose un petit défi…..qui vous feras lire un peu….pas trop, réfléchir un peu …..pas trop, apprendre un peu……pas trop,rechercher sur google…pas trop,  vous évader un peu …beaucoup j’espère.

Le défi est simple : je poste sur le site le premier chapitre de l’histoire d’un garçon qui s’appelles Wilfried, il se retrouve seul un jour sur une plage dans un monde inconnu après avoir ramassé une lampe.

Il va devoir retrouver son chemin mais à chaque étape des énigmes l’empêche d’ouvrir les portes qui parsèment sa route. A vous de l’aider !!!!

Un chapitre par jour sur 8 jours, vous m’envoyez votre réponse, une par jour seulement acceptée et je rajoute un chapitre sur le site chaque jour (je répondrai a chacun si sa réponse est juste ou fausse).

Nous ferons paraître l’avancement de chacun sur le site. Ne jamais abandonner ou se décourager, quelqu’un qui avance vite peut se retrouver bloqué devant une énigme et se faire rattraper.

Il va falloir être fort, astucieux et malin !!!!!

Vous avez 8 jours pour retrouver le monde de Wilfried !!!!!!!

Si il y a des courageux pour relever le défi et aider Wilfried, je poste sur le site le premier chapitre le Lundi 06 Avril à 12h00!!!!

Bon dimanche et entraîner vous a palmer dans la baignoire!

P.S

les réponses sont à envoyer à cette adresse  lionel.trambouze@estvideo.fr

Lionel